Sachets de thé et capsules de café – comment réduire la pollution ?

Les habitudes de consommation modernes ont changé la façon dont le thé et le café sont servis, avec deux nouvelles présentations ayant un impact négatif sur l’environnement ou la santé des personnes.

Il s’agit des capsules de café à dose unique modernes non dégradables et des sachets de thé en plastique ou en matériaux synthétiques similaires.

Or, et même si tous les experts ne sont pas d’accord sur ces chiffres, certaines sources les évoque une consommation de 2 milliards de tasses de café et environ 4 milliards de thé bus chaque jour.

Les capsules de café

Le problème des déchets créé par l’essor rapide des ventes de capsules de café à usage unique, n’est également actuellement pas résolu.

Des capsules de café qui polluent

Nos grands-parents buvaient leur café dans une casserole, le préparaient avec une passoire à chaussettes ou avec une cafetière italienne. Aujourd’hui, de nombreux foyers ont intégré le dernier électroménager à la mode dans leur cuisine : la cafetière à capsules. Le café qui en résulte peut être aussi bon que la marque du produit le permet, mais le problème se pose lorsque nous réalisons qu’à chaque fois que nous appuyons sur le bouton : nous utilisons beaucoup d’aluminium ou de plastique sous forme de capsules et le transformons en un déchet.

Or, les capsules de café à dose unique, qu’elles soient en plastique ou en aluminium, ne doivent pas aller dans la poubelle jaune. Techniquement ces capsules ne sont pas des emballages mais sont considérées comme des déchets alimentaires (comme c’est le cas des sachets de thé par exemple). Elles ne participent donc pas à la collecte et au tri sélectif.

Des marques qui recyclent leurs capsules

Certaines marques bien connues, produisant de telles capsules ont mis en place leurs propres systèmes de collecte des déchets pour le recyclage ultérieur de matériaux tels que l’aluminium. Mais le taux de retour est faible, dans la plupart des cas, les capsules usagées finissent dans les poubelles du consommateur, et deviendront des déchet sans recyclage spécifique.

capsules de café polluantes

La solution pour boire un café sans déchets

Se servir un bon café sans générer de pollution est tout à fait possible ! Il suffit pour cela de revenir au mode de consommation quelques années en arrière : la cafetière italienne fait un excellent café et ne génère aucun déchet. Certes le café n’est pas immédiat, mais le goût en est bien meilleur, sans parler de l’odeur si agréable qui chatouillera vos narines.

Les sachets de thé

Le thé peut être servi de bien des façons, mais l’une des plus courantes dans les pays industrialisés est le thé en sachets. Les premiers sachets de thé ont été commercialisés aux États-Unis en 1907 et étaient en soie, mais ce n’est que dans les années 1960 que le succès commercial international de ce type d’emballage a émergé, en utilisant un autre type de sachet de thé jetable en cellulose..

Des sachets fabriqués à partir de matériaux synthétiques

Les sachets de thé fabriqués à partir de matériaux synthétiques tels que le polyéthylène téréphtalate, le nylon ou le polypropylène, ou ceux qui combinent papier et plastique pour plus de résistance, sont devenus plus courants au cours des 20 dernières années.


En septembre 2020, des scientifiques de l’Université McGill à Montréal (Canada) ont publié une étude dans la revue Environmental Science and Technology, montrant que les sachets de thé en matières plastiques (généralement en forme de pyramide ou de tétraèdre) produisent beaucoup de micro-plastiques lorsqu’ils sont versés dans de l’eau très chaude.

Les résultats des expériences menées par cette équipe canadienne donnent à réfléchir. « Nos données montrent que le trempage des sachets de thé en plastique à la température d’infusion (95°C) libère environ 11 milliards de micro plastiques et 3,1 milliards de nano plastiques dans une tasse de boisson », a-t-il déclaré.

Les niveaux de particules de nylon et de polyéthylène téréphtalate libérées par les sachets de thé eux-mêmes étaient d’un ordre de grandeur supérieur aux traces de plastique précédemment trouvées dans d’autres produits de consommation, ont expliqué les chercheurs canadiens.

L’étude canadienne n’a pas analysé les conséquences possibles de la consommation de thé contenant des millions de particules de plastique, mais force est de constater que dans ce cas il vaut mieux appliquer le principe de précaution et donc éviter les sachets de thé entièrement ou partiellement en plastique.

Après ces chiffres affolants, on notera tout de même que certains industriels ont commencé à commercialiser des capsules avec des matériaux entièrement compostables, une petite avancée dans un milieu déjà bien polluant.

Vidéo – capsules de café, vous reprendrez bien un peu d’aluminium ?

Laisser un commentaire