Avatar mèle avec succès prouesse technique et sensibilité écolo

Multimédias Ajouter un commentaire

Aujourd’hui, l’esprit libre de toute critique cinématographique (ce qui est rare), simplement pour faire plaisir à mon homme, j’ai été voir Avatar* réalisé par James Cameron. Un vrai coup de cœur !

film-avatar-vegetation

Vol au dessus de la forêt luxuriante de Pandora
(Source : Flickr/Official Avatar Movie)

Un bon siècle après le notre, sur la planète Pandora, les humains ont déniché leur nouveau pétrole, une roche indispensable au fonctionnement des nouvelles sociétés terriennes. Ils y ont donc installé une base afin d’extraire du sol de la planète le fameux minerais.
Mais sur Pandora, il y a un peuple autochtone. Les Na’vis, bleu et de trois mètres de haut, vivent justement sur le plus gros gisement et ne sont pas décidés à s’en aller. Pour les comprendre (et accessoirement les espionner), des scientifiques ont mis au point une technique permettant de créer des avatars : des corps hybrides (mi-hommes, mi-na’vis) créés en laboratoire. Chacun est piloté via l’esprit par son donneur génétique humain.
Jake Sully, un ancien marine hémiplégique, se retrouve embarqué dans l’aventure à la mort de son frère jumeau, scientifique émérite. Fonceur et curieux, l’homme va avoir la chance de côtoyer les Na’vis. Pendant ce temps, la base humaine entière prépare l’attaque du village…

Soutenu par un véritable scénario très bien construit (ce qui était rarement le cas des films d’animation que j’ai vu jusque là), ce film est un pur bonheur.
Certes le final (et ces animaux combattants) est un peu utopique mais il réchauffe le cœur et c’est un film alors pourquoi ne pas simplement en profiter ? D’autant que ça risque d’être une autre paire de manches dans la réalité.

En terme technique, il n’y a rien à dire. C’est juste époustouflant. Impossible de dissocier les images filmées des images de synthèse d’une esthétique indéniable. Idem pour la 3D qui vous immerge totalement dans le film.

film-avatar-arbre

Le temple des Na’vis
(Source : Flickr/Official Avatar Movie)

Vous êtes ainsi plongé dans un monde superbe et fantastique (dans tous les sens du terme). Au milieu d’une Nature luxuriante, généreuse à la flore fluorescente, aux montagnes libérées des lois de l’apesanteur, aux cascades vertigineuses,… Un univers où tous les êtres vivants sont liés et en harmonie. Chacun étant dépendant des autres tout en leur étant indispensable. Quant aux Na’vis et leur simplicité, vous pensez aux indiens d’Amérique, aux peuples “primitifs”, en forêt équatoriale par exemple, et à leur respect admirable pour la Nature.

film-avatar-montagne

Les montagnes flottantes de Pandora
(Source : Flickr/Official Avatar Movie)

En sortant, je me suis demandé quel était ce monde étrange dans lequel je venais d’entrer. Ah, ça c’est la vie quotidienne, autant pour moi 😉
C’est simple, pour moi, Avatar nous fait entrer dans un nouvel âge du 7ème art. Chapeau bas, James.

* A l’origine, un avatar est, dans la religion hindouiste, l’incarnation de Vishnu sur Terre. Le terme sanskrit a peu à peu été utilisé dans le sens de transformation, métamorphose. Puis, avec la virtualisation, on l’a utilisé comme l’incarnation (si j’ose dire) d’un individu en un personnage virtuel. Les linguistes et autres psy auraient surement beaucoup à dire sur le choix du terme…

A lire : l’interview de James Cameron par Metro.

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

5 commentaires sur “Avatar mèle avec succès prouesse technique et sensibilité écolo”

  1. Driss a écrit:

    Un beau message qui agacera sans doute les cyniques aveugles mais qui sous le couvert d’un blockbuster se révèle être une fable écolo/humaniste d’une finesse étonnante.
    Je suis étonné que tu parles d’un scénario travaillé quand tant d’autres déplorent son “absence” (pour eux un scénario doit contenir des dialogues, même si ce n’est pour ne rien dire, façon The Dark Knight…). Bref je ne lis pas ça tous les jours donc ça fait plaisir :).

  2. Emilie Beaudoin a écrit:

    Pour moi, scénario ne veut pas dire dialogue sinon exit les premiers films muets. Qu’on vienne me dire que “Les temps modernes” n’a pas de scénario !

    Un bon scénario, pour moi, doit raconter une histoire originale et “logique” (si j’ose dire). Une histoire à laquelle l’on peut croire, dans laquelle le spectateur pourra s’immerger. J’irais même jusqu’à penser qu’un bon scénario doit transmettre un message.
    Et c’est le cas d’Avatar qui mêle sensibilité écolo, histoire d’amour et guerre avec brio (comme dans la vraie vie, non ?).

  3. Odile Labeille a écrit:

    D’accord avec ton analyse, Emilie.
    J’ai entendu beaucoup de bêtises dans le bus sur ce film. Des bêtises qui prouvent que la plupart des grognons n’ont aucune idée de ce que peut représenter ce film aux Etats Unis : c’est par exemple un des actes de reconnaissance des conséquences du génocide des peuples indiens qui vivaient là et ont apporté la structure fondamentale de la démocratie à l’américaine (basée sur la structure de gouvernement des peuples Apaches, d’où la présence d’une coiffe Apache au fronticipe de la Maison Blanche à Washington). Une énorme perte de connaissances a eu lieu à ce moment là, car ces peuples avaient tissé des liens équilibrés entre leur présence, leurs besoins de développement et les capacités des écosystèmes à en supporter la charge. Les problèmes d’assèchement des nappes phréatiques fossiles sous la grande prairie primaire n’auraient jamais eu lieu si cette sagesse avait été écoutée, elle a été retrouvée par des scientifiques récemment qui proposent des cultures de céréales pérennes au lieu de saisonnières, en prenant modèle sur l’écosystème premier et le pâturage extensif d’animaux semi-sauvages… Tout un mouvement scientifique très profond est en filigrane dans ce film, Cameron n’a rien fait à la légère.
    C’est peut-être encore plus évident pour ceux qui ont vu son Alien ou Abyss et qui connaissent un peu le bonhomme.

    Ce qu’on pourrait reprocher, c’est que son message est de se méfier de l’hyper technologie et hyper mécanisation de notre société, qui met des machines dans tout ce qui est vivant, mais c’est bien pourtant ce qu’il a fait lui-même, piégé dans ce système. A cet égard, la petite phrase dite à Grace “c’est ce qui paye aussi toutes vos recherches” peut être vue comme un clin d’oeil lucide sur ce piège technologique dans lequel Cameron s’est enfermé tout seul.

    Personnellement, je lui pardonne bien volontiers. Je pardonne volontiers les quantités de ressources que les artistes utilisent : est-ce leur faute si nous sommes sourds et aveugles, si nous avons besoin d’eux pour nous montrer notre présent, notre avenir tel qu’il sera si on ne mesure pas les conséquences de nos choix ?
    Tout ce qui est dit explicitement et implicitement dans les films de Cameron ou d’autres a déjà été écrit et publié mais combien ont lu ces articles, ces études ou même ces romans par rapport au nombre de spectateurs d’une production hollywoodienne ?

    Ce que je trouve triste c’est que malgré la clarté du message, tant de nos contemporains ont vu sans voir. C’est inquiétant je trouve.

    … ça veut dire qu’on a du boulot à faire encore, ma chère Emilie… 🙂

  4. Juegos de mario a écrit:

    Un film révolutionnaire qui fera certainement date dans l’histoire du cinéma. Tout comme L’odyssée de l’espace l’a fait, Avatar révolutionne la science-fiction mais marque également un nouveau départ pour la cinématographie.
    Sur ce, Avatar est un petit bijoux qu’il faut savoir apprécier tel un voyageur qui découvre de nouveaux paysages. Je conçois que ceux qui ne savent (malheureusement) pas se transporter, puissent trouver le film décevant, le scénario est certes classique. La morale est également un peu trop poussée. Seulement on ne peut qu’oublier ces 2 lacunes devant tant de beauté visuelle. Un moment féérique.

  5. Emilie Beaudoin a écrit:

    Pour ce qui est de l’impact de la création du film sur l’environnement, la remarque est très juste. James Cameron a d’ailleurs dû répondre à cette question lors de sonson interview par Metro

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion