OGM: les moutons et les chèvres en meurent?

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

En Inde (état d’Andhra Pradesh), de récentes études (menées par un vétérinaire, un chercheur, le secrétaire de l’Union des bergers d’Andhra Pradesh et 2 scientifiques du Centre pour l’Agriculture Soutenable) sur la culture du coton génétiquement modifié Bt (Bacillus thuringiensis) ont soulevé de nouvelles inquiétudes quant à son innocuité tant dans l’alimentation que dans l’habillement.

inde-andhrapradesh-ogm

(Source : Wikimedia/Ayack, licence de documentation libre GNU)


Un rapport préliminaire publié en avril 2006 a montré que des milliers de moutons et de chèvres sont morts après avoir brouté les feuilles tendres et les cosses de coton qui restaient dans les champs après la cueillette. Les principaux symptômes rapportés par les bergers sont:

  1. déprime après 2-3 jours,
  2. toux avec décharge nasale,
  3. lésions rougeâtres dans la bouche,
  4. gonflement,
  5. diarrhée noirâtre,
  6. parfois urines rougeâtres,
  7. la mort dans les 5-7 jours de pâture continue sur les champs de coton de Bt.

Le taux de mortalité brut tourne autour de 25%. La dernière utilisation de pesticides sur ces champs datait d’un mois avant la récolte et les agriculteurs n’avaient pas pour habitude d’utiliser des insecticides contenant du Bt les années précédentes. La seule nouveauté est l’introduction du coton Bt.
Par ailleur, très peu de planteurs savent qu’ils doivent ceinturer leurs champs de coton Bt de plants non-OGM pour empêcher la dissémination des transgènes dans la nature. La culture quasi-exclusive du coton Bt dans de nombreuses régions devrait faire apparaître, d’ici 3-4 ans, des insectes nuisibles capables de résister à l’insecticide transgénique.

Déja en décembre 2005, une étude avait montré que les cueilleurs de coton OGM présentaient de graves réactions dermatologiques (démengeaisons et cloques laissant une décoloration de la peau qui perdurait après cinq mois) et l’Association médicale britannique avait déjà signalé que les OGM pouvaient présenter certains risques parmi lesquels la résistance aux traitements contre les maladies sexuellement transmissibles dûe à l’utilisation de protections périodiques en coton OGM.

En vidéo: Pour un mode durable/Le piège meurtrier du coton OGM indien (Vidéo).

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion