Malgré l’interdiction internationale de 1986, l’Islande reprend la chasse à la baleine

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

Les rorquals communs et les baleines Minke ont été chassés massivement dans le passé et leur nombre est actuellement inconnu. Ils ont été déclarés espèce menacée par l’UICN.

balaenopera-physalus-chasse

Rorqual commun (Balaenopera physalus)
(Source : Maurizio WURTZ)

C’est donc malgré un moratoire international datant de 1986 et interdisant la chasse à la baleine que l’Islande a annoncé, le 19 octobre 2006, que des autorisations avaient été accordées pour la chasse commerciale de 30 baleines Minke et neuf rorquals communs pour la saison 2006- 2007.Ce quota porterait le nombre de prises dans les eaux islandaises à 69 car il vient s’ajouter à celui des chasses scientifiques. En effet, si l’Islande n’a officiellement pas pratiqué la chasse commerciale des baleines depuis plus de 20 ans, elle les a chassé à des fins dites scientifiques. Ce qui est autorisé par une faille de la réglementation de la Commission Baleinière Internationale (CBI).
Ainsi, le 22 octobre 2006, un baleinier islandais est arrivé au Hvalfjördur et a apporté à terre un rorqual commun de 20 m. Le premier de la liste annoncée. La seule usine de transformation de la viande de baleine du pays étant inutilisable, la baleine a été découpée à ciel ouvert.Cette démarche a provoqué les protestations gouvernementales s’accumulent (Royaume-Uni, EU, France, Australie, Nouvelle-Zélande et UE).
Selon le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), l’Islande devrait soutenir l’industrie croissante et florissante de l’observation des baleines sur ses côtes plutôt que d’engloutir des fonds et sa réputation dans la promotion de la chasse. Un sondage Gallup, commandé par l’organisation, a confirmé l’inutilité de la chasse commerciale des baleines pour l’Islande: traditionnellement, la baleine n’est pas consommés par les Islandais. Celà renforce l’idée selon laquelle l’Islande souhaite vendre la viande au Japon; ce qui s’oppose aux réglementations en vigueur de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES).La CBI a été créée par la Convention de Washington (1946) dans un contexte de surexploitation des grands cétacés. Il était, à l’origine, destinée à assurer “la conservation judicieuse de l’espèce baleinière”. Toutefois, la CBI connaît depuis quelques années une crise dans sa mission de conservation. Notamment due à une diplomatie active du Japon visant à élargir le camp des chasseurs et à obtenir la majorité simple, actuellement détenue (à quelques voix près) par le camp des protecteurs.

Selon les articles: Actu-environnement/Envers et contre la majorité, l’Islande reprend la chasse commerciale à la baleine et Greenpeace/Première prise illégale d’un rorqual commun en Islande.

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion