Les biocarburants : pas si bio que ça

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

D’ailleurs, désormais on les appelle agro-carburants…

A la différence des combustibles fossiles, les agrocarburants étaient jusqu’ici présentés comme particulièrement écologique car les plantes absorbent le gaz carbonique pendant leur développement. Les agrocarburants font l’objet d’une politique de soutien active en France, en Europe et dans le monde. Cependant, de nombreuses voix s’élèvent afin de dénoncer les inconvénients de ces produits : hausse des prix des denrées alimentaires, perte de biodiversité,…

En un an, le prix du blé a augmenté de 130%, le prix du riz de 74%, le prix du soja de 87% et celui du maïs de 53%. Le développement des biocarburants est responsable de 70% de ces hausses.

Il n’y a à priori aucune certitude que l’objectif d’incorporation de 10% de biocarburants dans les carburants permette d’économiser des GES à cause des effets indirects lors de la culture des produits agricoles. L’utilisation d’engrais azotés a une incidence nettement plus importante sur les émissions de gaz à effet de serre et le changement de vocation des terres (déforestation, drainage de tourbières, labourage de pâturage,…) pourrait potentiellement relâcher suffisamment de gaz à effet de serre pour annihiler les gains des biocarburants.
Le bilan écologique des biocarburants est donc assez contrasté. Développer la biomasse pourrait permettre d’obtenir une diminution des gaz à effet de serre nettement plus importante.

Bref, la filière des biocarburants a du plomb dans l’aile… Et les mesures prises visant à imposer jusqu’à 10 % de ce type de combustible à l’horizon 2020 sont peut-être à revoir…

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion