Le bonus-malus automobile une solution pour l’environnement ?

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

Le système de bonus-malus est fondé sur les émissions de CO2 par kilomètre des véhicules et récompense l’achat des véhicules les moins émetteurs (moins de 130 grammes de CO2/km) et pénalise les acheteurs des véhicules les plus émetteurs (plus de 160 grammes de CO2/km). Aucun bonus, ni malus pour l’achat d’un véhicule dont les émissions sont compris entre 130 et 160 g CO2/km.
Le bonus est déduit du prix d’achat tandis que le malus s’applique à la première immatriculation.
Lorsque l’acquisition d’un véhicule éligible au bonus est accompagnée de la mise au rebut d’un véhicule de plus de 15 ans acquis depuis au moins six mois, le bonus est augmenté de 300 €.
De plus, il est prévu de réajuster périodiquement les seuils (augmentation de 5g de CO2/km tous les 2 ans) pour inciter les constructeurs à mettre au point des véhicules de plus en plus sobres.

Le gouvernement considère le bonus-malus comme une mesure incitative et dissuasive.
Notons que cela n’est pas si simple. Voici, des pistes de réflexion quant à la complexité du problème:

  • le système manque de cohérence avec l’étiquette énergie qui a déjà pour objectif d’inciter les Français à acheter des voitures plus propres et plus économes : la classe neutre du bonus/malus coupe la classe C de l’étiquette énergie en deux.
  • les personnes qui n’auront pas les moyens d’acheter les véhicules moins émetteurs seront celles qui devront payer le malus tandis que les personnes plus aisées pourront financer un véhicule plus économe et auront, de plus, droit au bonus…

Pour plus d’information : ActuEnvironnement (de nombreux articles sur le sujet).
Et l’ADEME a mis en ligne une liste de plusieurs véhicules neufs commercialisés en France avec leur niveau d’émission de CO2.

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion