Faire du vélo, c’est bon pour la santé… même en ville !

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

C’est dans le flux de circulation, au cœur du trafic que le cycliste est le plus exposé à la pollution. Mais selon une étude d’Airparif, l’association agrée de surveillance de la qualité de l’air en région parisienne, les pistes cyclables plus ou moins séparées de la circulation montrent un effet bénéfique.

Vélo


Concentrée sur les oxydes d’azote (NOx) et les particules PM10 (particules inférieures à 10 microns), l’étude s’est intéressée à quatre trajets du plus éloigné au plus proche de la circulation. Ces circuits ont été sélectionnés selon leur densité de trafic et de la présence ou non de différents aménagements pour les cyclistes. Pour mener ses tests et permettre de rendre compte des variations très rapides des niveaux de pollution auxquels est exposé un cycliste, Airparif a mis au point un vélo spécialement équipé avec des appareils de mesure automatique et une prise d’air à hauteur du nez du cycliste.
Résultats :  l’exposition du cycliste à la pollution varie selon les aménagements. Les pistes cyclables représentent ainsi la meilleure protection en terme de pollution, que ce soit pour le dioxyde d’azote ou les particules. En moyenne, l’exposition à la pollution est deux fois moins élevée pour le cycliste sur une piste séparée que dans la circulation automobile. Par ailleurs, l’exposition dans les couloirs de bus est de 30% moins élevée que dans la circulation (quand il n’y pas de bus et de taxis dedans !).

En comparaison avec les résultats d’une étude précédente effectuée par Airparif et portant sur l’exposition des automobilistes, la qualité de l’air respiré à vélo est moins dégradée qu’en voiture, du fait de la possibilité pour le cycliste de s’éloigner plus ou moins du flux de circulation en empruntant notamment les aménagements qui lui sont dédiés.

Il y a donc de réels bienfaits à faire du vélo, même en ville car reste que faire un peu d’exercice physique n’est jamais mauvais. Reste à respecter quelques règles simples :

  • privilégier les voies cyclables et les axes moins fréquentés,
  • éviter de circuler derrière les pots d’échappement,
  • conserver un rythme modéré pour éviter l’hyperventilation et donc l’inhalation excessive de polluants,
  • et surtout, porter un casque !

Voir : Actu-Environnement/L’air respiré à vélo est globalement de meilleure qualité qu’en voiture.

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion