Braconnage organisé et toléré du Bruant ortolan, espèce d’oiseau protégée

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

Le Bruant ortolan est une espèce d’oiseaux migrateurs qui proviennent du nord et du centre de l’Europe et passent par la France pour rejoindre leurs quartiers d’hiver en Afrique sub-saharienne. Et est en grave déclin dans la majeure partie de son aire de distribution européenne.
Le Bruant ortolan bénéficie, en France, du statut d’espèce protègée depuis 1999 (bien après l’Europe) pourtant, dans les faits, elle ne profite pas de la protection de l’Etat!

bruant-ortolan-LPO

Bruant ortolan
(Source : Flickr/phenolog, licence cc)

Pourquoi? Une tradition existant encore dans les Landes et le nord des Pyrénées-Atlantiques. Ces oiseaux sont braconné durant leur migration d’automne. Les individus capturés sont mis en cage et engraissés à l’extrême par des engraisseurs spécialisés. Ils sont ensuite consommé (poids moyen: 19 à 27 grammes!) dans les quelques restaurants, à Paris comme à New York, complices de ce braconnage.
30 000 à 80 000 individus sont tués chaque fin d’été avec l’aval des autorités. Selon un accord tacite, les braconniers s’engagent à ne pas utiliser plus de 30 pièges et 5 appelants et à ne pas en faire commerce…, en échange l’Etat ferme les yeux. Les forces de l’ordre sont priées par les préfets de ne pas intervenir: en 2004, sur 812 installations de capture de Bruants ortolans contrôlées, une quarantaine seulement a été verbalisée.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a constaté, lors d’une opération aérienne et terrestre qui s’est déroulée du 2 au 7 septembre, qu’il existe près de 300 sites de braconnage qui ont été immédiatement cartographiés.
L’équipe de la LPO a également localisé plus d’une quarantaine de pièges, appelés “tenderies” ou “matoles”, en activité. Ceux-ci sont composés de 5 à 10 appelants (Bruants ortolans vivants, maintenus dans de petites cages et dont les cris d’appel attirent les individus sauvages).

Allain Bougrain Dubourg, président de l’association, a téléphoné au préfet et s’est vu signifier que les tenderies étaient tolérées. La LPO a donc déposé plainte pour chasse en période de fermeture et braconnage à l’égard d’une espèce protégée. De plus, la LPO accuse l’Etat de complicité du braconnage.

Pour la LPO, une telle situation est une situation de non-droit, comme il en existe déjà dans le Médoc, au col de l’Escrinet, en Camargue et ailleurs au détriment de la biodiversité. D’après l’association la France se démarque, une fois de plus, par un total irrespect de ses partenaires européens en matière de protection de l’environnement.

Voir l’article: LPO/L’oiseau mag n° 84 et LPO/Le Bruant Ortolan.

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

3 commentaires sur “Braconnage organisé et toléré du Bruant ortolan, espèce d’oiseau protégée”

  1. Live a écrit:

    Ce n’est plus de la vulgarisation de la science…
    La défense d’une espèce doit prendre en compte différents facteurs, qui sont d’ordre écologiques et d’ordre socio-économiques.
    Dans le cas de l’ortolan, la menace de la chasse est d’une part controversé, mais en plus dans le cadre d’une gestion durable, l’intérêt social de la sauvegarde d’une pratique culturelle bien ancrée est un atout (argument) supplémentaire pour la sauvegarde de cette espèce.
    Actuellement, les faits de braconnage sont pris comme une injustice pour certains, puisqu’il s’agit en partie d’une protection arbitraire, et aucun outil de contrôle ne permet plus une bonne compréhension des problèmes que subissent cette espèce. Le problème du genre d’assos exerçant ou voulant exercer un fort lobbying auprès des autorités est de recupérer l’opinion d’un maximum de citoyens en leur montrant des problèmes plus ou moins réels et en trouvant un bouc émissaire “évident”. A ce titre, l’exemple le plus probant de ce type de comportement est celui face à la chasse à la palombe. Ce type de prélèvement est très faible ( environ 1%0), l’espèce prospère et pose des problème. Elle se trouve donc chassée en France dans certains départements jusqu’en mai, alors qu’elles ont des petits aux nid! Dans d’autres pays d’europe, elle est chassée toute l’année! Mais les opérations sur les cols pyrénéens sont des opérations forts médiatiques qui ont un aspect très attractif pour les gens qui sont peu instruits dans ce domaine.

  2. Emilie Beaudoin a écrit:

    Encore une fois, il faudrait une meilleure information du public.
    Malgré tout, il existe des lois qui, même si on les trouve injustes, doivent être respectées et l’état et ses forces de l’ordre sont là pour les faire appliquées…

  3. Emilie Beaudoin a écrit:

    La LPO dénonce à nouveau le braconnage du Bruant ortolan.

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion