Empreinte écologique : l’humanité n’y va pas de main morte

Autour de la Terre Ajouter un commentaire

Les écosystèmes naturels de la planète se dégradent à un rythme encore jamais atteint dans l’histoire de l’humanité. Le rapport “Planète vivante 2006” du Fonds mondial pour la nature WWF, publié le 24 octobre 2006 montre que la planète est en perte régulière de biodiversité.
La faute à qui?

empreinte-humanite-EEH

(Source : Flickr/Johanne Brunet, licence cc)


A l’humanité qui vit au dessus de ses moyens: notre empreinte écologique a commencé à dépasser la biocapacité globale de la planète en 1987 où le jour du dépassement s’était produit le 19 décembre; en 1995, c’était le 21 novembre et en 2006, le 09 octobre. L’étude montre qu’en 2003, l’empreinte écologique de l’humanité dépassait de 25% les capacités de régénération biologique de la planète (21% en 2001). Au rythme actuel, en 2050, l’empreinte totale des terres cultivées aura augmenté de 60 %, la demande en pâturages et en zones de pêches de 85 % et l’utilisation des forêts de 110 %. L’humanité consommera alors les ressources planétaire à un taux 2 fois plus élevé que ce que la Terre peut générer en 1 an. Autrement dit, actuellement il faudrait à peu près 1 an et 3 mois pour produire les ressources écologiques que nous utilisons en 1 an. Normalement, un habitant de la planète devrait utiliser au maximum 1,8 ha globaux. Un français utlise 5,6 ha. Si tous les habitants du monde vivaient comme nous, il faudrait la capacité biologique de 3 planètes pour satisfaire la demande!
L’autre indice de ce rapport, l’Indice Planète Vivante sur l’état de la biodiversité a chuté de 30% entre 1970 et 2003.

Le message est clair: nous devons équilibrer notre consommation par rapport à la capacité de la nature à se régénérer et à absorber nos déchets. Il faut mettre en place dès maintenant des actions qui, malgré un grand investissement économique initial, minimiseront la dette écologique rapidement. Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir ce que cela coûterait de supprimer la surexploitation mais ce que cela nous coûterait de ne pas le faire… (voir le billet Coût du changement climatique: les analyses se multiplient). Le rapport Planète Vivante 2006 propose justement un scénario de sortie de crise d’ici 2050 permettant à la fois un développement durable et une restauration progressive de la biocapacité.

WWF propose un quizz qui permet de déterminer son empreinte écologique. A la suite, on trouve des conseils pour la réduire.
Mon empreinte totale est de 3,1 ha globaux. Je fais partie des 80 % de la population mondiale qui ont une empreinte écologique inférieure à 4 hectares. Malgré tout, si tout le monde vivait comme moi, il faudrait 1,7 planètes Terre. Et vous?

Pour plus d’informations, voir les articles: WWF/Biodiversité et consommation, un nouvel équilibre à trouver: Rapport “Planète vivante 2006” du WWF, Actu-environnement/Deux planètes seraient nécessaires pour satisfaire l’humanité en 2050 et Raffa :: Le grand ménage ::/IL FAUT S’ARRETER !!! Rapport Planète Vivante – 2006.

RSS Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous au flux RSS !

Proposer un commentaire


Développement Durable 2009 - Coloc'A Terre Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion